Actualité

Vue 65 fois
21 octobre 2019

Les diplômés de la Région Centre à la découverte de la Propriété Industrielle !

Une belle découverte du métier d'ingénieur brevet et des rouages de la propriété industrielle avec Louis-Paterne Bouan (2003) le mardi 15 octobre dernier!

À cette occasion, nous avons été accueillis dans les locaux du LAB'O d'Orléans, une pépinière de start-up du numérique, ancienne fabrique réhabilitée. Direction le 5ème étage et le fameux Espace Tschumi (du nom de l'architecte de la fabrique), un beau salon lounge. Installés confortablement dans les fauteuils rembourrés du salon et profitant de la lumière du soir passant à travers les petits carreaux de l'ancienne fabrique, nous avons écouté attentivement le parcours de Louis-Paterne.

Un parcours plutôt atypique puisque Louis-Paterne se définissait plutôt comme un littéraire au lycée mais encouragé dans la voie scientifique il s'est retrouvé en école d'ingénieur sans vraiment savoir ce qu'il souhaitait faire ensuite. Il a complété alors son diplôme d'ingénieur par une formation de juriste spécialisé dans la propriété intellectuelle. Suivront des expériences dans différents cabinets de conseil et au sein de l'entreprise Airbus. Fort de cette expérience et ayant la volonté de créer son entreprise, Louis-Paterne s'est lancé et a ouvert son propre cabinet accompagné de son épouse Marion. Il a choisi Orléans car on y trouve peu de concurrence et il y a donc la possibilité de se créer une clientèle. Surtout, c'est la recherche de la proximité, du sens que veut donner Louis-Paterne à la relation client et l'accompagnement dans une démarche conseil, qui fondent le choix d'implantation du cabinet.

Après cette première partie de soirée et comme le covoiturage venant de Tours était enfin venu à bout des bouchons (autoroute A10 coupée dans les 2 sens suite à un accident grave, mais pour rien au monde les tourangeaux n'auraient renoncé) et nous avait rejoints, Louis-Paterne a abordé le sujet de la propriété industrielle. Tous autant que nous sommes, nous pensions qu'un brevet servait avant tout à protéger une invention. Loin de là ! Le brevet est tout d'abord un contrat signé entre l'inventeur et l'Etat. Il donne à l'inventeur le monopole sur son invention pendant 20 ans contre l'obligation pour ce dernier de décrire par le menu détail toute la genèse et les aspects techniques de l'invention.

Quelques chiffres clés: En France, le nombre de demandes de brevets déposés auprès de l'INPI est de l'ordre de 16.000 à 17.000 demandes de brevets par an. Et on dénombre environ 100 procès. Le Top 3 en 2018 des déposants de brevets varie peu d'une année sur l'autre : 1 355 brevets pour Valeo, 1 074 pour PSA et 783 pour Safran.

Le brevet permet à l'inventeur d'intenter un procès à quiconque tenterait de copier son invention. Encore faut-il pouvoir financer un procès et le gagner ! L'objectif stratégique du dépôt de brevet est donc souvent tout autre ! Il peut s'agir parfois de certifier une invention avant de la présenter à des investisseurs, de dissuader un concurrent ou encore de soigner son image de marque (à l'instar de PSA qui déposait le plus de brevets possibles pour être le numéro 1 du classement)....

Alors avant de déposer un brevet, n'oubliez pas de réfléchir à votre objectif ! Et prenez des conseils auprès de Louis-Paterne et du Cabinet Bouan !

Prochaine rencontre du groupe Région Centre ? En mars prochain, sur une thématique encore gardée secrète par notre relais régional Philippe Boddaert ! 


Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.