Actualités

Vue 192 fois
21 février 2020
Portrait

Histoires d'entrepreneurs - Joffrey PERSIA (2015)

Quel a été ton parcours à HEI : formation /spécialité, vie associative, projets, stages ? 

J’ai eu un parcours classique ! Prépa PTSI, puis cycle ingénieur avec spécialisation en Conception mécanique.
En vie associative, j’ai fait beaucoup de judo, mais aussi j’ai intégré l’association Declic HEI, évidemment !

Niveau stages, classique aussi. J’ai eu un job d’ouvrier à Londres dans le BTP, puis après stage de professionnalisation chez Eiffage Mécanique, et stage d’ingénieur dans la start-up Pollen AM, où je concevais une imprimante 3D. Cela a ensuite débouché sur mon premier emploi en CDI. 

 

Comment ta formation a-t-elle aidé dans la concrétisation de ton projet ?

La formation m’a été complémentaire. Elle m’a appris à travailler et à élargir mes domaines de compétences. Maintenant, je me sens plus crédible et même fier d’avoir réalisé ces études.

J’ai plusieurs métiers, je suis photographe mais aussi freelance en communication. Quand je fais des rendez-vous clients dans ce domaine, pour créer un site internet par exemple, cela aide souvent à convaincre le prospect.
Dans la photographie documentaire par contre, ma formation me sert peu.

 

© Joffrey Persia

 

Quel est ton parcours professionnel depuis ta sortie d’HEI et qu’est-ce qui t’a motivé à créer une entreprise ? 

Suite à mon stage de fin d’études, j’ai été pris en CDI comme ingénieur en conception mécanique. Je travaillais à la fois au labo et en R&D pour développer et améliorer une imprimante 3D multi-matériaux. C’était intéressant mais je sentais que je me restreignais dans l’organisation de ma vie. Je me sentais un peu prisonnier dans ce modèle salarial.

Entre mon stage et mon premier métier, j’ai aussi fait une retraite de 3 mois au Népal qui a été un élément très fort dans mon développement personnel. Je savais à la fin de ce voyage que je ne voulais pas être ingénieur toute ma vie. Il me fallait amorcer un changement au plus vite, afin de pouvoir vivre en tant que freelance sur le long terme.

Durant mon premier emploi, j’apprenais en parallèle à créer des sites internet, puis je cherchais des clients afin de commencer ma vie de freelance. Il me fallait plusieurs moyens de gagner ma vie pour avoir des « filets de sécurité »

 

Quel est le cœur de métier de ton entreprise ? L’activité a-t-elle évolué depuis le lancement ? 

Je suis en micro-entreprise depuis 3 ans maintenant. Cela signifie que je suis à la fois le patron et l’employé. Je fais tout !
Ma stratégie est de progressivement avoir de plus en plus de chiffres d’affaire dans le milieu de la photographie. Je sais que cela prend du temps d’intégrer les réseaux de photographe documentaire, donc cette stratégie est pour moi la bonne.

 

Tes conseils pour se lancer dans l’aventure ? 

Pour moi, se lancer en tant que freelance c’est avant tout apprendre à être indépendant et savoir être autonome. Il faut constamment continuer à apprendre, et être curieux pour élargir rapidement son domaine de compétence.
Avec de la curiosité, du travail et un sens critique, on peut tout entreprendre.

 

Selon toi, quelle est l’importance du réseau ?

Pour moi, le réseau est fondamental. Je parle du réseau au sens large. Dans tout secteur professionnel, il est important d’être bien entouré. C’est la clef de voute de la réussite, car lorsque l’on est autodidacte, il est fondamental de pouvoir poser les bonnes questions aux bonnes personnes.

 

Retrouvez également son interview du HEI Infos d'automne 2018 : https://www.joffreypersia.fr/wp-content/uploads/2019/04/Untitled-Extract-Pages.pdf 


Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.