Actualités

Partager sur :
17 avril 2020
Portrait

Histoires d'entrepreneurs - Delphine Vasseur (2006)

Vue 203 fois

Quel a été ton parcours à HEI : formation/spécialité, vie associative, projets, stages ? 

Je suis rentrée en 2001, en prépa SI (Sciences industrielles il me semble à l'époque), je voulais rester très généraliste ne sachant pas bien quel métier je voulais faire. Je savais que je voulais faire de l'informatique en cycle ingé, c'était le début des ordinateurs à la maison et le début d'internet, alors pourquoi pas !

J'adore les langues étrangères et sur un coup de folie, j'ai postulé pour aller 1 an en erasmus en Allemagne, Karlsruhe, sans trop y croire et j'ai été prise. Ça a été très dur car ils ne rigolaient pas là-bas, mais j'y ai fait des rencontres géniales et ça reste une des plus belles années de ma vie.

Pour ma responsabilité j'étais trésorière à Prog'HEI. J'ai beaucoup aimé ce passage en junior entreprise. Le réseau, les évènements et le lien avec le monde de l'entreprise a été très formateur.

 

Comment ta formation a-t-elle aidé dans la concrétisation de ton projet ?

Ce que je réponds souvent quand on me demande ce que je pense de mes études, c'est que HEI m'a appris à apprendre. Ça m'a forgé une capacité d'adaptation incroyable. En sortant, je pouvais tout faire. Je suis partie en ESN à Paris, j'ai été formée à un ERP et c'était facile pour moi, ce qui n'était pas le cas de tous les stagiaires ! Pendant les études, on se demande à quoi ça va bien pouvoir nous servir, et après les études, on comprend que notre cerveau est une super machine capable de tout. Je ne voulais pas faire de technique et j'ai pu faire un stage ingénieur comme je le voulais en informatique mais sur du fonctionnel.

 

Quel est ton parcours professionnel depuis ta sortie d’HEI et qu’est-ce qui t’a motivé à créer une entreprise ? 

Après mon stage ingé j'ai été embauchée dans ma boite (aujourd'hui CGI à l'époque UNILOG). Je me suis tout de suite positionnée en backup du chef de projet. Je savais en sortant d'HEI que j'aimais organiser les choses et j'ai pris gout à la gestion de projet. J'y suis restée 5 ans, puis j'ai été embauchée par mon client (LVM) dans la direction financière. Je passe d'un poste de prestataire à la Direction informatique à un poste d'interne dans les équipes métier. Le pied ! J'ai donc vu comment cela se passait de l'autre côté de la barrière, quand les projets viennent des comptables et des contrôleurs de gestion qui cherchent à avoir un outil performant.

Puis ma vie perso est entrée en jeu. Je suis tombée enceinte de mon deuxième enfant et mon mari et moi avons voulu nous rapprocher de notre famille. On est donc rentrés dans le Nord !

J'ai retrouvé un poste en ESN à Sopra Steria en tant que chef de projet du centre de services. 25 consultants à manager... Canon. J'ai cultivé ce que j'aimais le plus faire : accompagner mes collaborateurs. Suivi RH, animation de la communauté, j'ai pris part aux événements internes de la boite et j'ai kiffé !

Après mon 3e (et dernier enfant), j'en ai profité pour faire un bilan de compétences. Ce qui est ressorti c'était RH et Formation. Ok, je fais quoi avec ça ? Bref, je reprends le boulot et là, mon manager me propose de rejoindre l'équipe RH. Encore une fois, le PIED ! Incroyable comme les choses se sont alignées.

Sauf que là, malaise avec ma responsable. Ça ne se passe pas comme prévu et je suis très déçue de mon évolution. Je décide alors de partir. 

Je me raccroche à mon profil sur le papier, je suis une chef de projet, j'accepte un poste de responsable de domaine fonctionnel à la DSI chez Camaïeu. Et là, je sens encore un malaise. J'ai l'impression qu'on veut faire rentrer un carré dans un rond (ou l'inverse je ne sais plus !). J'obtiens une rupture de période d'essai et je tombe sur un stage sur "découvrez votre plein potentiel grâce aux Natures et Intelligences Multiples". Ok pourquoi pas, je me lance.

Et là, c'est une révélation. Je sais enfin ce que j'aime faire, je sais ce en quoi je suis bonne et tout ce qu'on essayait de me faire gommer sont en fait mes talents que je veux cultiver. Ok c'est bon, je ne veux plus être sous l'étiquette d'un employeur avec qui je ne suis pas en phase, je veux faire du Delphine Vasseur et vendre du Delphine Vasseur.

Je décide donc de me mettre à mon compte et de lancer cette activité de praticienne des Intelligences et Natures multiples pour permettre aux gens de découvrir leur plein potentiel, ce pour quoi ils sont faits, ce qui les motive et ce qu'ils savent faire avec facilité sans efforts.

 

Quel est le cœur de métier de ton entreprise ? L’activité a-t-elle évolué depuis le lancement ?  

Aujourd'hui je fais du conseil. J'accompagne les particuliers dans leur projet de vie ou professionnel. Et j'accompagne les entreprises pour mettre la bonne personne à la bonne place, je les aide au recrutement, j'anime des formations et j'accompagne les managers à développer leur potentiel(https://delphinevasseur.fr/)

Oui l'activité a évolué, car au début je me suis consacrée à cette unique activité et aujourd'hui je me diversifie dans l'accompagnement au changement en entreprise ce qui me permet de réinvestir ensuite dans mon activité de praticienne des Intelligences et Natures multiples.   

 

Tes conseils pour se lancer dans l’aventure ?  

Pour te lancer, il faut déjà que tu aies cette nature entrepreneuriale. Car personne ne sera là pour vendre ce que tu proposes si ce n'est toi. Ensuite, c'est cultiver son réseau. Etre visible, participer même si ce ne sont que des événements gratuits, les gens ne peuvent pas te recommander s’ils ne savent pas que tu existes. Et enfin, croire en toi. Même si ça peut paraître long, ne pas abandonner, trouver des solutions, rebondir. Si tu t'es lancé c'est qu'il y a quelque chose qui ne demande qu'à marcher. "Un voyage de 1000km commence toujours par un premier pas"

 

Selon toi, quelle est l’importance du réseau ? 

Primordiale. Tout peut démarrer avec une personne, une rencontre, un projet, une discussion... 



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.