Actualité

Vue 279 fois
19 septembre 2019

Communiqué de presse Yncréa - septembre 2019

YNCRÉA HAUTS-DE-FRANCE DÉVOILE SON PLAN D’INVESTISSEMENT DE 146 MILLIONS D’EUROS POUR CETTE RENTRÉE 2019. 

 

Cinq ans après la fusion des trois écoles d’ingénieur HEI, ISA et ISEN Lille en une seule association, Yncréa Hauts-de-France a amplifié sa croissance et intensifié sa diversification. Aujourd’hui, Yncréa Hauts-de-France compte 5000 étudiants à la rentrée 2019 (contre 3800 en 2013) dont 526 apprentis (contre 217 en 2013). En 2019 l’association emploie 450 collaborateurs, est co-tutelle de 4 laboratoires de recherche en région et a doublé son nombre de campus au nombre de 4 situés à Lille, Châteauroux, Rabat et Bordeaux. 

 

Yncréa Hauts-de-France : un développement croissant depuis 2013 

 

Yncréa Hauts-de-France adopte de nouveaux axes de développement à l’international se concrétisant notamment par l’installation d’un réseau de partenariats académiques qui œuvrent à la création de cursus bachelor co-construits.  

Avec une évolution importante du chiffre d’affaires s’élevant à 40 millions d’euros aujourd’hui, Yncréa Hauts-de-France a réussi le déploiement d’une stratégie basée sur l’innovation et la transdisciplinarité. 

 

Un investissement de 146 millions d’euros prévu pour 2019 !

 

Pour Yncréa Hauts-de-France, le rôle d’un acteur de l’enseignement supérieur est de répondre aux grands enjeux de la société qui entourent les étudiants. C’est pourquoi l’association continue son développement grâce à son plan d’investissement de 146 millions d’euros enclenché pour l’année 2019. Cette stratégie répond au développement de l’environnement dans lequel les étudiants évoluent, et repose sur cinq modalités d’accélération :

 

  • L’international
  • La prestation des services pour les entreprises
  • Les démonstrateurs thématiques
  • L’innovation pédagogique
  • Les projets immobiliers

 

Une volonté forte de se développer à l’international 

 

Aujourd’hui, le sentiment d’ouverture à l’international des étudiants et des entreprises se fait ressentir. L’internationalisation de l’enseignement supérieur est devenu un enjeu institutionnel à l’échelle nationale particulièrement en Europe, et la mobilité étudiante est de plus en plus croissante et change de paradigme : les pays d’envoi souhaitent désormais accueillir des étudiants étrangers. 

 

Plusieurs tendances de marché ont été identifiées, et notamment une forte attente sur l’insertion professionnelle à l’international pour les étudiants français, un besoin de formation d’étudiants internationaux visant les cursus et diplômes français, ou encore un besoin de recrutement important de talents pour les entreprises en France comme à l’étranger. Pour cela, Anne-Catherine Guitard récemment nommée en tant que directrice internationale d’Yncréa Hauts-de-France, prévoit une stratégie de développement internationale reposant sur 3 grands axes :

 

  • Un modèle de développement international unique 

 

Ici, le but est d’avoir un modèle export responsable en accélérant l’installation de nos programmes franchisés en Afrique, Asie et Amérique Latine afin d’offrir aux étudiants une possibilité supplémentaire d’accéder à des formations d’ingénieurs. L’objectif est de passer de 5 à 50 franchises en 2025. Il s’agit de promouvoir la marque Yncréa Hauts-de-France afin d’établir des réseaux d’agents de proximité permettant de recruter des étudiants et fédérer les « Alumnis ». 

 

« Nous souhaitons atteindre 8 bureaux de représentation, 100 agents et 10 antennes « Alumnis » afin d’avoir 500 étudiants internationaux recrutés en 2025. » explique AnneCatherine Guitard.

 

  • Un pilotage stratégique, durable et responsable 

 

Il s’agit également de mettre en place des partenariats académiques hybrides afin de former des talents internationaux agiles au service des entreprises et répondre aux enjeux planétaires (urban farming, usine 4.0, magasins connectés, smart cities). Yncréa Hauts-de-France vise 8 bachelors internationaux européens, 30 parcours double diplômes hybrides, et un réseau de 10 partenaires stratégiques à l’international pour 2025. Pour cela, des partenariats entreprises co-responsables seront réalisés garantissant l’employabilité de talents internationaux afin de co-créer les formations aux métiers de demain. 

 

  • Un impact social positif & interculturel 

 

Enfin, Yncréa Hauts-de-France souhaite développer une expérience multiculturelle attractive afin d’intégrer des offres internationales et interculturelles dans les curriculum et l’expérience de tous les étudiants garantissant leur satisfaction et augmentant l’attractivité d’Yncréa Hautsde-France. En 2025, le but est de proposer 20 parcours en anglais, de créer 3 « summerprogrammes », d’obtenir le Label Bienvenue en France et d’avoir un taux de 25% d’étudiants internationaux. De plus, avoir un ADN interculturel est important pour l’association d’écoles d’ingénieurs car elle permettra de développer l’interculturalité en soutenant les mobilités internationales des équipes.  

« Nous souhaitons accueillir 100 professeurs internationaux et envoyer 80 professeurs à l’étranger. » explique Anne-Catherine Guitard. Une stratégie forte visant à donner un visage international majeur à Yncréa Haust-de-France et à ses formations. 

 

Autre levier de développement : la prestation des services pour les entreprises. 

 

Les entreprises et les territoires ont constamment besoin de se développer. Trois leviers sont indispensables : l’innovation, la formation des dirigeants et collaborateurs, et l’entreprenariat. Pour y répondre, Yncréa Hauts-de-France a initié une activité de formation continue. Elle passe par le développement d’activités de conseil afin d’accompagner l’innovation des entreprises et d’investir l’accompagnement de l’entreprenariat. 

 

Le point de départ de cette accélération est la création d’une entité dédiée pour atteindre un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros en 2025. C’est pourquoi Yncréa Hauts-de-France souhaite formaliser son activité de prestations entreprises sur deux volets : le conseil et la formation continue. Ces prestations se positionnent sur l’accompagnement de la transformation des entreprises, de la vision jusqu’à l’expérimentation. Pour permettre son accélération, Yncréa Hauts-de-France formalise une offre de services accompagnant différentes séquences de la transformation des entreprises : vision, émergence d’innovations, transformation du management, formation continue ou encore expérimentation d’innovations. 

 

Les prestations proposées répondront donc à différents besoins :

 

  • Construire sa vision : il s’agit de faciliter la construction de vision stratégique par des séances d’intelligence collective en animant des dynamiques de concertation. 
  • Faire émerger des innovations : le but est d’accompagner l’émergence des innovations grâce à la démarche ADICODE® : idéation, réflexion transdisciplinaire, approche centrée usages et prototypage. 
  • Mettre en place un management collaboratif : il s’agit d’aider les équipes à expérimenter le collaboratif, à faire grandir leur cohésion et à conduire collectivement leurs changements. 
  • Expérimenter les innovations : l’association proposera la configuration et la mise en œuvre d’expérimentations, la conduite des analyses, des évaluations et des mesures dans différents domaines afin d’aider les porteurs à valider leur projet. 
  • Faire évoluer les compétences : il s’agit également de miser sur la formation-action et les environnements d’apprentissage innovants.

 

Cet axe de développement est également un levier important avec un projet commun avec la CCI Hauts-de-France. Le but est alors d’imaginer un campus sur la métropole lilloise et des synergies fortes en matière de formation et d’innovation pédagogique. 

 

Le développement de démonstrateurs thématiques.

 

La société est traversée actuellement par d’importantes ruptures : Transition énergétique, défi de l’agriculture, biodiversité, transformation numérique, nouveaux usages, industrie du futur, mutations sociétales, climat, … Afin de résoudre ces grands enjeux, Yncréa Hauts-de-France se positionne comme un contributeur au travers de ses trois métiers : la formation, la recherche et la prestation pour les entreprises. 

 

L’accélération sur ce point se concrétise par la création de démonstrateurs thématiques. Sur le campus lillois, 4 démonstrateurs vont voir le jour élargissant la façon de faire de la formation, de la recherche ou encore de la prestation.  Un démonstrateur est un environnement équipé et fonctionnel, utilisé par une communauté multidisciplinaire, en conditions réelles d’environnement, de contrainte et d’usages. Il servira à co-concevoir, expérimenter, incuber, développer et produire de nouvelles solutions probantes permettant d’apprendre dans des conditions réelles. Les démonstrateurs tourneront autour de quatre thématiques :

 

  • La ville en transition
  • L’agriculture et l’alimentation de demain
  • Les lieux d’usages intelligents
  • L’usine 4.0

 

Des préfigurations sont déjà mises en place : équipements d’agriculture urbaine, maison intelligente à Euratechnologies, halle technologique agroalimentaire à l’ISA, centre de pilotage de l’énergie sur le campus Yncréa Hauts-de-France.

 

4ème axe de développement : l’innovation pédagogique.

 

Yncréa Hauts-de-France a constaté que les profils d’étudiants évoluent. C’est pourquoi l’association d’écoles d’ingénieurs continue le déploiement de nouveaux processus de formation et met en place des services d’appuis pour ses publics d’apprenant et pour ses équipes d’ingénieurs. 

La pédagogie ne se joue pas uniquement sur les contenus scientifiques et les connaissances mais s’opère par des modalités de transmission qui se diversifient. 3 objectifs sont alors visés : 

 

  • Constituer une référence et une « ressourcerie » pour les enseignants

 

Le contenu scientifique et les connaissances restent un matériau à transmettre, mais les leviers de transmission se diversifient et l’approche par compétences s’imposent comme la modalité la plus pertinente en termes de formation d’ingénieur. Il est nécessaire d’accompagner les enseignants, de travailler à la conception ou à la re-conception de contenu pédagogique, d’initier de nouvelles modalités pédagogiques en présentiel ou en distantiel, d’adapter les modalités d’évaluation. Yncréa Hauts-de-France renforce donc sa direction de l’innovation pédagogique en la positionnant comme une référence en interne pour la structuration pédagogique de ses cursus et comme une « ressourcerie » pour ses enseignants et ses intervenants. Une professionnalisation autour des méthodes pédagogiques est à l’œuvre au sein d’Yncréa Hauts-de-France : aide à la conception pédagogique, travail sur les leviers d’apprentissage, approche par compétences, blended learning, évaluation innovante…

 

  • Personnaliser, professionnaliser et outiller l’accompagnement du projet personnel, professionnel et de l’insertion professionnelle des apprenants

 

La diversification des profils d’étudiants, la multiplication et la personnalisation des parcours de formation des étudiants amènent à mettre en place des systèmes de suivis individualisés des parcours de formation. Cet aspect connecté à l’approche par compétences, à l’utilisation de MOOCS, de blending-learning va faire exploser le nombre de données, demandant des systèmes informatiques de plus en plus performants permettant de suivre les apprenants partout dans leur déplacement. Il s’agit d’accompagner la digitalisation des pratiques d’enseignement supérieur et d’offres de formation continue. Par ailleurs, Yncréa Hauts-deFrance lance et renforce ses services d’accompagnement de l’insertion professionnelle. Les services se mutualisent, une plateforme commune se crée, les événements convergent et un observatoire des métiers se met en place.

 

  • Produire des cursus et des environnements pédagogiques innovants 

 

Yncréa Hauts-de-France met en place des innovations pédagogiques destinées à diversifier les cursus et à répondre aux différents profils d’apprenants. Travailler sur les méthodes conduit à produire des innovations pédagogiques (nouveaux contenus, nouveaux outils, nouveaux environnements, nouvelles modalités, nouvelles postures d’enseignement). Le cursus préparatoire ADIMAKER en est une illustration.

 

Plusieurs projets immobiliers en préparation !

 

Un campus d'innovation pédagogique

Le futur campus prévoit une série de lieux dédiés aux différents types d’enseignements, à commencer par des amphis et des salles de classes 4.0, pensées pour être flexibles. Le campus est pensé pour répondre aux attentes d’hyper connectivité. Toujours destiné aux étudiants, le Career Center regroupera un pool de services pour les aider à construire leurs projets personnels et professionnels. Le Teaching Center, lui, est pensé comme un service d’appui aux enseignants, équipé pour les aider à produire leurs supports de cours (maquette 3D, vidéo…). Enfin, le pôle Executive Education accueillera de son côté les formations destinées aux professionnels. 

 

Un campus durable et responsable

Penser un campus cohérent avec la RSE au moment de sa mue, c’est l’occasion de renforcer les pratiques durables et d’installer les conditions d’usages responsables. Le campus est ouvert sur le quartier et intègre les questions de mobilité.

Ce nouveau campus poursuit l’engagement d’Yncréa Hauts-de-France sur les campus responsables déjà avéré comme en atteste la deuxième place aux Green Gown Awards 2019 soutenu par le programme des Nations Unies qui salue les actions de l’ISA.

 

Un campus démonstrateur

Le campus lui-même constitue une réponse aux grands enjeux de transition. Pendant et après les travaux, les bâtiments eux-mêmes feront la démonstration qu’il est possible de combiner performance et responsabilité. En agissant sur son propre patrimoine immobilier, Yncréa Hauts-de-France y testera constamment des modèles de production, de mutualisation et d’échanges d’énergies. 

Un exemple concret ? En réduisant son impact environnemental, le futur campus sera ainsi capable de produire sa propre énergie, de la stocker et de mener des expérimentations technologiques. Avec en ligne de mire l’objectif de connecter les bâtiments entre eux, pour adapter en temps réel la production et la consommation et multiplier les échanges entre les différentes composantes d’un ensemble intelligent. Un grand terrain de jeu et d’expérimentation pour les étudiants et les chercheurs, mais aussi pour les usagers.

 

Un campus aux standard internationaux

Le campus est pensé pour tous ses étudiants selon les standards internationaux, en intégrant les activités académiques et de recherche, mais aussi les services vie étudiante, sport, résidences…

 

4 îlots identifiés :

  • L’îlot Ségard
  • L’îlot Le Grand
  • L’îlot Rameau
  • L’îlot Colson

 

Le campus en surfaces 

  • Actuelles : 47 000 m²
  • Neuves : 40 000 m²
  • Rapatriées : 20 000 m²
  • Total du nouveau campus : 67 000 m²

  

Le détail de cet investissement de 146 millions d’euros

 

128 millions seront consacrés au projet « Camplus » à Lille :

 

  • Dont 19 millions de travaux immobiliers pour le Palais Rameaux, sa réhabilitation, sa transformation en Démonstrateur « Agriculture et alimentation », l’aménagement de son jardin.
  • Dont 73 millions de travaux immobiliers pour la création d’un nouveau bâtiment de plus de 27 000 m² à la place de l’ISEN existant et en extension sur l’arrière du bâtiment.
  • Dont 14 millions de travaux immobiliers pour la construction du siège d’Yncréa Hauts-deFrance.
  • Dont 22 millions d’aménagement intérieur et d’équipement de ces nouveaux lieux, avec la création d’un learning center, d’un career center, d’un hôtel à projet pour entreprises et start-up, de halles techniques et de laboratoires, de fablab, d’un centre de formation continue et d’executive education.

  

10 millions seront consacrés aux l’équipements des démonstrateurs :       

 

  • Démonstrateur « ville en transition »
  • Démonstrateur « usine 4.0 »
  • Démonstrateur « Agriculture et alimentation »
  • Démonstrateur « lieux d’usage intelligents »

5 millions seront consacrés à la transformation digitale et aux innovations pédagogiques. 

3 millions seront consacrés au développement international dont le déploiement des 50 projets de partnership program.

Le montage financier est original pour une association loi 1901 à but non lucratif.  Elle portera en direct environ 38 millions d’euros d’investissements et le reste au travers de deux sociétés civiles immobilières (SCI).  Au global, ce seront environ 25 % (34 millions d’euros) apportés en fonds propres et subventions, 75 % (112 millions d’euros) en endettements et financements par des partenaires. Le montage financier sera bouclé fin de cette année 2019.

 

Si on rajoute les 12 millions d’euros déjà annoncés dans la presse pour la construction du campus de Bordeaux Yncréa Nouvelle Aquitaine et la construction d’un gymnase de 5 millions d’euros cofinancé et partagé en gestion avec le lycée Lasalle à Lille, c’est donc un investissement de plus de 160 millions d’euros qu’Yncréa Hauts-de-France engage dans les 5 ans.

 

 

À propos d’Yncréa Hauts-de-France  

Depuis 1885, l’association Yncréa Hauts-de-France porte des formations initiales - notamment les titres d’ingénieur HEI, ISA et ISEN Lille -, des activités de recherche, des services de conseil aux entreprises et des formations continues. Elle constitue aujourd’hui, avec ses 5000 étudiants, l’un des premiers pôles d’enseignement supérieur associatif privé d’Europe à but non lucratif. L’association Yncréa Hauts-de-France s’appuie sur trois piliers stratégiques : innovation, transdisciplinarité ́ et humanités. 

 

Contact presse

Oxygen RP - Gautier HANICOTTE gautier@oxygen-rp.com / 03 74 02 03 83


Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.