Actualité

Vue 244 fois
13 juillet 2018

Histoires d'entrepreneurs – Olivier Lavesque (2002), Directeur et Fondateur d'OTTEO

Quel a été ton parcours à HEI/ESTIT ?

J’ai intégré l’ESTIT (École Supérieure des Techniques Industrielles et des Textiles) en 1997 lorsque HEI et l’ESTIT n’étaient pas encore réunifiées et les classes préparatoires étaient au 13 rue de Toul. Après ces deux années, j’ai continué mon cursus en développement industriel (option technique et commerciale), dans les locaux de l’ESTIT à Villeneuve d’Ascq (qui sont maintenant le centre de formation DECATHLON Exchange).

Dans le cadre de la vie associative, je ne peux pas oublier les années au BDE de 1999 à 2000 dans lequel j’étais en charge de la communication. Par la suite, j’ai intégré la Fédé (fédération des étudiants de l’Université Catholique) de Lille en tant que responsable de l’animation.

Pendant mes études, j’ai eu l’occasion de faire quelques stages notamment chez Ricard sur le site de Lormont au sein du département qualité. J’y ai découvert le monde industriel, ses contraintes et la rigueur pour que la qualité d’un produit reste constante.

Mon stage suivant, s’est déroulé dans le Nord chez Musthane (conception et fabrication de structures souples en textile technique) au sein du département marketing, où j’étais en charge d’une étude de marché visant la conquête de nouveaux clients.

Enfin, mon stage de fin d’étude, effectué chez Faurecia, en tant qu’adjoint chef de projet industriel, qui sera pour moi la porte d’entrée dans la vie professionnelle. En effet dès ma sortie de l’école en 2002, j’intègre Faurecia en tant que consultant qualité.

 

Quel est ton parcours professionnel depuis ta sortie d’HEI et qu’est-ce qui t’a motivé à créer ton entreprise ?

En 2002, toujours avec Faurecia, en tant qu’ingénieur qualité projet, je suis parti en Allemagne et en Espagne dans le cadre d’un projet pour Mercedes.

Début 2003, j’ai rejoint l’usine Toyota, basé à Onnaing comme spécialiste QCE (Quality Control Engineering). Rattaché au département qualité, mes responsabilités étaient de gérer le développement des pièces statiques de la Toyota Yaris ainsi que l’amélioration de la liaison entre les différents fournisseurs européens et la qualité en production.

Changement d’environnement en 2006, comme Business Manager pour le compte d’un groupe de conseil en ingénierie. Pendant cette expérience de quatre ans, j’ai pris conscience du sens et de l’importance du capital humain. Les valeurs d’entreprise peuvent être animées et constituer une vraie valeur ajoutée, favorisant les relations entre les collaborateurs, la motivation et le développement de la performance. C’est par ce constat et ma connaissance des métiers de l’industrie et du conseil qu’une envie de proposer une offre nouvelle autour des métiers du consulting et du recrutement a commencé à germer.

Ainsi donc, en 2010, avec un ingénieur ICAM (personne n’est parfait) et ami, j’ai créé OTTEO (consulting, recrutement et formation) avec une orientation résolument axée sur le maintien des valeurs et le développement de l’esprit de collaboration avec l’ensemble de nos clients.

 

A ton avis, quelles sont les démarches ou les techniques importantes à connaître pour réussir le lancement de son projet ? 

Si je peux donner un conseil dans l’entreprenariat, c’est qu’il n’y a pas de vérité absolue. Alors avant tout, bien se connaître, c’est connaître ses qualités mais aussi ses défauts. C’est reconnaitre qu’on ne maîtrise pas tout. D’où l’importance de s’avoir s’entourer et de se faire aider.

Un autre point important est la maîtrise de l’environnement de son entreprise. Cela repose sur la connaissance de l’écosystème dans lequel on souhaite évoluer (technologique, économique, législatif, social, environnemental, …) afin d’anticiper au mieux pour prendre les bonnes décisions.

Alors, si tu as l’âme d’un entrepreneur : « Oublie que tu n’as aucune chance, vas-y fonce, tu n’es pas l’abri d’une bonne surprise ».

Dernier petit conseil d’un recruteur bienveillant pour les promos sortantes, choisissez bien votre stage de fin d’études, c’est ce dernier qui donnera la teinte à la première partie de votre parcours professionnel.

 

L’importance du réseau ?

Tout le monde reconnaît l'importance du réseau mais il faut savoir l’entretenir, en user mais ne pas en abuser.

Un bon réseau professionnel, pour un créateur d’entreprise, c’est tout simplement la clé qui permet, potentiellement, de débloquer des situations compliquées, de rencontrer les bonnes personnes au bon moment, de trouver des collaborateurs possédant des compétences que l’on ne possède pas, de trouver des clients pilotes et de nouer des partenariats.

A ce titre, pour moi aujourd’hui, le réseau HEI/ESTIT est toujours très présent. Sa force et sa diversité font que je suis toujours en contact avec des HEI/ESTIT.  Quelques-uns sont des collaborateurs, d’autres sont des clients et avant tout, certains sont de très bons amis.



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.