Actualité

Vue 361 fois
16 février 2018

Histoires d'entrepreneurs – Fabien Druon (2011) cofondateur de Platymium

De l’ingénierie médicale à la plateforme communautaire et créative.

 

Fabien, quel a été ton parcours à HEI ? As-tu ressenti l’existence d’une communauté HEI ?

J’ai intégré HEI en post bac en 2006 dans la spécialité IMS ; à l’époque c’était nouveau mais ce côté ingénierie dans le médical m’intéressait beaucoup. La semaine d’intégration m’a tout de suite mis dans le bain en ce qui concerne l’esprit HEI et la “vie de château”. En seconde année, j’ai fait partie d’une équipe pour gérer un bar pendant la Nuit H à la Condition Publique (le bar “la Havane” pour ceux dont les souvenirs sont les moins brumeux), une sacrée époque ces nuits H.

Puis en troisième année je suis parti en Mission humanitaire à Madagascar avec dix autres camarades de promo, cette expérience a vraiment été enrichissante humainement et unique personnellement. C’est là où j’ai pris goût au voyage et aux rencontres je pense. En quatrième année, j’ai fait mon premier stage en milieu hospitalier et bien que le médical m’intéresse encore aujourd’hui je me suis rendu compte que ce ne serait pas là que je ferais carrière : trop d’administratif pour moi !

En cinquième année, après un projet de fin d’études pour la conception d’un exosquelette pour enfants neurolésés, j’ai effectué mon stage et un CDD en industrie pharmaceutique et ai travaillé sur les champs RFID pour le traitement des poches de transfusion sanguine. Au final, je crois que la diversité et la dynamique des animations, des associations, des spécialités et autres ont fait que tout le monde a su trouver sa place à HEI pendant les années où j’y ai fait mes études. Une communauté HEI, oui assurément, car même si la distance nous sépare nous sommes beaucoup à nous retrouver de temps en temps de par les liens d’amitiés qui se sont tissés au cours de ces années.

 

Quel est ton parcours professionnel depuis ta sortie d’HEI ? Quelles ont été les étapes de création de ton entreprise ?

En 2012, je me suis orienté vers l’informatique et notamment le développement dans une SSII (société de services en ingénierie informatique) sur Lille. Je voulais rester dans la région car je venais de rencontrer ma future femme, Audrey. En 2015, je suis parti avec Audrey en PVT (Programme Vacances-Travail) en Nouvelle Zélande. Nous avons acheté un van sur place et voyagé sur les 3 îles pendant 6 mois.

Les 6 mois suivants nous avons travaillé à Auckland, la ville principale du pays. Un petit pays très actif et où nous avons fait de nombreuses rencontres diverses. J’ai notamment pu travailler dans une petite startup locale. Puis nous avons voyagé 2 mois en Australie. C’est à ce moment là que nous nous sommes posé beaucoup de questions sur notre avenir : rester, revenir, repartir… et puis nous avons eu l’idée de notre concept de startup en mélangeant les expériences de notre périple, nos hobbies et notre personnalité. C’est comme cela qu’est né Platymium, la plateforme communautaire pour les ateliers créatifs et DIY (Do It Yourself).

 En rentrant nous avons cherché un incubateur et avons trouvé celui de la Plaine Images à Tourcoing, spécialisé dans l’image et l’industrie créative. Nous y sommes toujours et avons, entre temps, lancé notre marketplace d’ateliers DIY en beta : https://platymium.com.

En trois mois nous travaillons déjà avec 30 professionnels de la métropole qui ont posté plus de 170 annonces pour des ateliers créatifs autour de Lille. Notre communauté digitale regroupe aussi 1300 personnes. Vous avez pu nous voir récemment chez Techshop, à la Mode à du Cœur (au Palais Rameau), et vous nous verrez au tripostal lors de la Maker faire de Lille en Février 2018.

Après un test dans le BtoC, nous travaillons également notre axe BtoB pour les événements spéciaux tels que les team building, salons…Si tout va bien nous devrions lever des fonds pour une création en Avril 2018. Nous avons déjà en tête une exportation du concept à l’international.

 

A ton avis, quelles sont les démarches ou les techniques importantes à connaître pour réussir le lancement de son projet ? Ou un conseil pour les promos sortantes?

Une idée c’est toujours un bon début. Mais ce qui compte c’est la vision que l’on a, sans avoir besoin d’être Elon Musk non plus. La finalité que l’on veut atteindre avec son projet est déterminante car le service ou le produit changera probablement en cours de route, mais la finalité est le cap à tenir. Après, on est jamais à l’abri d’avoir juste une bonne opportunité ! Et si l’argent est la principale motivation vous allez être déçus, devenez plutôt trader de bitcoins!

En tant qu’ingénieur, je pense qu’une expertise technique peut aider pour développer son projet et notamment son prototype pour les tests, les présentations. Mais il ne faut pas négliger l’aspect marketing/ communication et commerciale. Car on peut avoir le plus beau produit, si personne ne le connaît ou le connaît mal, cela ne marchera pas.

Enfin il faut se documenter, apprendre de ceux qui ont réussi avant, et surtout savoir comment ils ont échoué.

 

L’importance du réseau ? Aujourd’hui es-tu toujours en contact avec l’école / des HEI ?

Oui, si le réseau ne fait pas tout, il fait énormément. C’est une rencontre qui peut être déterminante pour son projet. Une personne rencontrée c’est une personne qui connaît votre prochain client, ou investisseur. Au pire il parlera de vous. Il faut donc soigner son réseau l’entretenir même si c’est difficile.

J’ai bien entendu gardé le contact avec des camarades de promos et je ne suis jamais à l’abri d’une rencontre avec un heien. Je suivais de loin les évolutions du classement, des nouveaux bâtiments des nouveautés des spécialités…

Puis en démarrant mon projet je me suis rendu compte du nombre assez incroyable de diplômés HEI devenus entrepreneurs. Les plus connus comme Giroptic grâce à Facebook, mais aussi Saveur Bière, Les Talents d’Alphonse, Wavy, Flexjob..., et tous ceux que j’oublie ou ne connais pas encore. J’ai trouvé cela impressionnant.

J’ai aussi rencontré Christophe Guillerme que je remercie ici, et qui mène une très bonne action pour entretenir le réseau y compris au-delà des frontières. Et il y a peu j'ai participé à une table ronde Parenthèse sur la création de start-up organisée à HEI.



Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.